Bref historique de la PNL

Deux chercheurs américains, Richard Bandler et John Grinder, sont à l’origine de la P.N.L.. Grinder est linguiste, Bandler informaticien et tous deux sont docteurs en psychologie.

En 1972, Grinder est professeur à l’Université de Santa Cruz et Bandler lui demande de superviser sa thèse de doctorat. Ils sont passionnés par la question de l’efficacité thérapeutique. Ils décident rapidement de collaborer pour modéliser (ie décrire précisément) les modes d’intervention de grands thérapeutes (M. E. Erickson, V. Satir, F. Perls…). Leur démarche repose sur l’idée que les capacités de ces personnes sont (comme toute aptitude humaine) régies par des règles que l’on peut identifier, formaliser et enseigner. Selon eux, ce que l’on appelle communément «talent», «génie», suppose une série de mécanismes déchiffrables, qui peuvent être « décodés » de façon précise et par conséquent reproduits.

En 1973, Bandler et Grinder créent leurs premiers groupes expérimentaux. Les observations et les études qui en découlent constituent la base de ce qui deviendra la P.N.L.

En 1975, ils publient deux livres qui déterminent les orientations épistémologiques et les options méthodologiques de la PNL et qui adaptent certains apports de la linguistique à l’entretien thérapeutique pour élaborer leur métamodèle.

  • Structure of Magic, volume 1: se focalise sur les acquis de la grammaire générative et amorce une critique de Bateson
  • Patterns of the hypnotic techniques of Milton Erickson est la première modélisation systématique réalisée en PNL.

Cette année- là, Robert Dilts devient assistant de Grinder et Bandler. Durant trois ans, il entame un travail d’approfondissement de l’épistémologie de la PNL en la reliant à des données et à des modèles neurologiques. Ces travaux sont fondamentaux mais ils ne font leur apparition sous forme de livre qu’en 1983 sous le titre de Roots of NLP.

En 1976, le terme de PNL est forgé. Il apparaît à la fin de Structure of Magic, volume 2. La création de ce vocable montre que le modèle de Bandler et Grinder s’élargit : il ne se limite plus à la linguistique et s’étend à une étude plus large du comportement, qui incorpore des éléments de la cybernétique, de la neuro- psychologie et des idées de Bateson.

La P.N.L. est appliquée pour la première fois à la pratique thérapeutique de Virginia Satir. Puis ses auteurs procèdent à la modélisation du travail de Milton Erickson.

En 1977 la PNL est enseignée pour la première fois selon une méthodologie pédagogique qui sera /affinée après quelques années. A cette occasion, la PNL s’éloigne clairement de ses cliniciens de référence : elle crée ses propres techniques d’intervention. Ce changement se manifeste dans un livre paru en 1979 (Frogs into Princes, traduction française : Les secrets de la communication).

En 1978, Grinder et Bandler décident de ne plus travailler ensemble mais ils continuent à échanger. La PNL est appliquée à d’autres contextes que celui de la thérapie, telle que l’entreprise, et l’éducation.

En 1980, Grinder et Bandler rompent définitivement leur relation.

En 1981, paraît un livre de synthèse, co- signé des fondateurs et de leurs collaborateurs (Dilts and al., NLP volume 1). Ce livre signe définitivement la fin des collaborations des fondateurs de la PNL.

En 1985, Avec Un cerveau pour changer, Bandler met à jour les sous- modalités. Steve et Connirae Andreas les utilisent dans une série d’expériences qu’ils relatent dans Change your mind and keep the change.

En 1986, Leslie Cameron Bandler démontre dans Emotional Hostage que toute émotion porte un message spécifique que l’on peut exploiter pour mieux comprendre notre expérience et agir en conséquence. Elle note que les émotions ont une structure décodable, et qu’il est possible de les modifier en transformant cette structure.

En 1986 paraît également le premier best seller de PNL : Pouvoir Illimité, ouvrage de vulgarisation écrit par Anthony Robbins.

En 1988 Ted James mène des recherches sur la ligne du temps et son application thérapeutique. Richard Bandler et Leslie Cameron Bandler mettent en exergue les méta-programmes : des schémas organisateurs de la pensée qui structurent et orientent notre façon de trier, évaluer et créer les informations.

En 1990, Robert Dilts complète le modèle de la ligne du temps en créant des protocoles qui l’incluent et permettent de modifier les croyances limitantes.

En 1991, Robert Dilts modélise la créativité de Léonard de Vinci, Albert Einstein, Walt Disney et Aristote. Il met à jour leurs stratégies psychiques dans le processus créatif.

En 1994, Connirae et Tamara Andreas élaborent la Transformation Essentielle. Grâce à ce processus émergent des états de conscience que décrivent les différents courants spirituels.